Actualité

Pro A – J17 : retour –

Pro A – J17 : Limoges aura tenu 35 minutes face au leader...

Une semaine après n’avoir pas joué son Classico (-32 contre Pau), le CSP a montré un tout autre visage face à l’ASM. Mais Limoges a fini par craquer…

Les Monégasques ont soufferts face au CSP, mais avec un excellent Amara Sy (ici avec Zack Wright et Bangaly Fofana), ils ont fini par s'imposer...

 

Le match SFR Sport 2 du dimanche 22 janvier

Monaco bat *Limoges : 77-69 MVP : Nik Caner-Medley

Mais où était donc passé le fantôme du CSP, vu toute une soirée, il y a quelques jours à peine, sur le parquet du Palais des Sports de Pau ? Car ce soir, dès le coup d’envoi, c’est un effectif concerné à 100%, défendant le plomb et parvenant à trouver des solutions même quand la Roca Team montait d’un cran sa désormais redoutée pression défensive, que les spectateurs de Beaublanc, plein comme un œuf, allaient voir à l’œuvre en première période.

Après un premier round d’observation de deux minutes, Limoges montrait qu’il n’entendait pas répéter son non-match de la semaine dernière (8-4, 4e minute), avec un DaShaun Wood présent en défense (3 steals lors des 6 premières minutes, 5 interceptions et 6 passes décisives sur le match) et inspiré en attaque. Pratiquement tout le premier quart-temps allait être du même acabit, avec un CSP adroit aux tirs (57%) qui parvenait toujours à trouver des solutions en attaque pour mener de 7 points (23-16) à l’issue des 10 premières minutes de jeu.

Le CSP troue la défense de l’ASM souvent en sur-pression !

Au retour de ce premier petit break, on sent les Monégasques, qui viennent d’essuyer une première sévère « soufflante » de la part de leur coach, Zvezdan Mitrovic, revenus avec d’autres intentions défensives. Ils provoquent d’entrée une 6e balle perdue pour Limoges et reviennent à 4 points (23-19, 11e), sur un trois-points de Sergii Gladyr. L’Ukrainien allait alors se lancer dans un incroyable duel avec Klemen Prepelic (20 points à 57% aux tirs et 10 sur 12 aux lancers ce soir), les deux joueurs se rendant coups pour coups (au propre comme au figuré d’ailleurs), Gladyr enchaînant 9 points et Prepelic 8 plus une superbe assist pour un panier plus faute d’Ousmane Camara (35-27, 14e).

Monaco a durcit le match, mais le CSP tiens le cap et fait rugir de plaisir Beaublanc en voyant deux joueurs au sol pour se battre sur un ballon qui traîne… Limoges allait ainsi tenir encore quelques minutes, provoquant l’agacement des Monégasques. Zack Wright prenait ainsi une technique suite à une faute provoquée (à la « Yougo » il est vrai) par Prepelic, le Slovène ne se faisant pas prier pour aligner trois lancer-francs de suite et permettre au CSP de virer à la pause avec sept points d’avance (42-35).

Le plus étonnant sera sans doute que même au retour des vestiaires, alors que Monaco montait encore en pression défensive, Limoges allait parvenir à trouver encore et encore des solutions pour creuser le plus gros écart de la rencontre 58-47 avec 3’49 à jouer dans cette 3e période. Entre temps, Mitrovic, pourtant prévenu à maintes reprises par Eddy Viator, (« Vous n’arrêtez pas de pleurer ! Jouez ! », lui avait ainsi lancé l’arbitre en chef de la rencontre) avait pris une faute technique. La Roca Team, à ce moment du match, semblait encore à côté de son basket, comme cette semaine à Nymburk (défaite 66-76 en République tchèque). Limoges allait même avoir trois shoots ouverts pour creuser l’écart et mettre le couvercle sur ce match, mais le CSP venait juste d’entrer dans une disette au tir qui allait lui être fatale…

Et puis la panne de courant…

Parce que ce que l’on ne savait pas encore, c’est que le CSP avait jeté-là ses dernières forces dans la bataille. Et allait ensuite subir un terrible 11 à 30 sur les 13’49’’ qu’il restait à jouer. Une démission ? Non, on ne pourra pas faire ce reproche-là à un effectif qui semble avoir donné tout ce qu’il avait dans le ventre sur cette rencontre. « On a bien commencé et tenu le choc pendant 25 minutes », racontera Ousmane Camara, auteur de 15 points ce soir, juste après la rencontre, au micro de David Cozette. « Mais ils sont vraiment impressionnants physiquement et nous on a un peu craqué sur ce plan là. On n’a pas su tenir le rythme sur 40 minutes et ils sont vraiment revenus sur 4 ou 5 rebonds offensifs de suite. »

Le retour de l’ASM était d’abord orchestré par un premier vétéran, Nik Caner-Medley (33 ans), auteur de 8 points en 4 minutes pour initier un 11 à 1 pour Monaco sur cette fin de quart-temps, ramenant son club sur les talons du CSP (59-57 après 30 minutes).

Et dès le début de la 4e période, une action allait symboliser ce que seront ces dix dernières minutes : Sergii Gladyr (15 points à 4 sur 8 à 3-pts ce soir), ratait un panier primé, mais la balle lui revenait dans les mains, à 8 mètres, après deux rebonds offensifs de suite glanés par des Monégasques soudain présents aux quatre coins du terrain, et… « swich » ! L’Ukrainien trouait et filet et faisait repasser son équipe en tête pour la première fois depuis la 4e minute (59-60 avec 9’25 à jouer). Aux forceps, et en tenant encore le choc en défense, le CSP allait rester au contact encore presque 5 minutes malgré une maladresse incroyable aux tirs (13% de réussite en 2e mi-temps à ce moment-là et 9 minutes consécutives sans panier pour le CSP), William Buford réussissant enfin un tir, suivi de Prepelic en pénétration, pour ramener le CSP à 65-65 avec 5’38 à jouer.

Mais c’est un second vétéran, Amara Sy (35 ans), qui allait régner sur la fin de match en inscrivant 8 de ses 13 points dans les 6 dernières minutes, les leaders du Championnat s’imposant finalement de huit points (69-77) face à des Limougeauds valeureux mais visiblement épuisés…

Samedi 21 janvier

Lyon-Villeurbanne bat *Orléans : 69-52 MVP : Bandja Sy

On imagine que le vestiaire a dû trembler à la mi-temps côté villeurbannais. En effet, l’ASVEL, accrochée pendant les vingt premières minutes (28-27 pour Orléans), a montré un visage bien plus conquérant après la pause. Intraitables en défense, les Villeurbannais ont écrasé le troisième quart-temps (25-7) et ont ainsi décroché leur qualification pour la Leaders Cup. Si Walter Hodge termine meilleur marqueur (14 points) devant Nicolas Lang (13 points), Adrian Uter (6 points, 6 rebonds, 12 d’éval) et Amine Noua (8 points, 8 rebonds, 13 d’éval) se sont avérés très précieux en l’absence de Darryl Watkins.

Gravelines-Dunkerque bat *Le Mans : 81-71 MVP : Myles Hesson

C’est la grande surprise de la soirée. Le MSB n’ira pas à la Leaders Cup si Strasbourg s’impose lundi soir contre Châlons-Reims. Les Sarthois ont été cueillis à froid par des Gravelinois décidément en net regain de forme (6-19) et n’ont cessé de courir après le score. Le BCM a prouvé qu’il ne valait pas uniquement pour sa paire Justin Cobbs (16 points-16 d’éval ce soir) et Kyle Gibson (15 points, 8 d’éval). En effet, Sek Henry (17 points, 5 rebonds et 18 d’éval) et Myles Hesson (16 points, 8 rebonds, 21 d’éval) ont été deux autres détonateurs offensifs tandis que les Français (Raposo, Piétrus, Jomby, Mokoka…) ont apporté leur pièce à l’édifice en défense.

Pau-Lacq-Orthez bat *Nancy : 78-69 MVP : D.J. Cooper

L’objectif maintien se complique un peu plus pour les Nancéiens, battus à domicile par l’Elan Béarnais. Les Cougars sont bien entrés dans le match, notamment défensivement en limitant les Palois à 33% de réussite aux tirs sur les deux premiers quart-temps... et D.J.Cooper à 0 point et 3 passes après vingt minutes (37-28) ! Seulement Cooper a prouvé ensuite pourquoi il était le candidat numéro un pour le trophée de MVP. Le magicien du Béarn n’a pas quitté le terrain une seule seconde en deuxième mi-temps et a orchestré de main de maître le retour en force des Palois (11 points, 15 passes, 22 d’éval pour Cooper). Les visiteurs se sont rapprochés à trois points à la fin du troisième quart-temps (56-53), sont passés devant pour la première fois à 3 minutes et 30 secondes de la fin du match (66-67). Et ont déposé leur adversaire dans la dernière ligne droite. Les Palois n'avaient plus gagné à l'extérieur depuis le 7 novembre, au Portel (7e journée).

*Nanterre bat Cholet : 86-57 MVP : Hugo Invernizzi

Si les Choletais espéraient se relancer après leur triste prestation du week-end dernier contre Hyères-Toulon, c’est raté. L’équipe des Mauges n’a pas existé au Palais des sports Maurice-Thorez. Sur la lancée de sa victoire écrasante en FIBA Europe Cup, Nanterre n’a fait qu’une bouchée de son adversaire du soir. L’absence de Spencer Butterfield (douleurs costales) n’a rien changé à l’affaire. Nanterre a maîtrisé toute la partie, portée encore une fois par une belle adresse de loin (11/25) et une défense retrouvée. Responsabilisé, Hugo Invernizzi a sorti un match de grande classe (15 points à 4/5 à trois-points, 5 rebonds, 21 d’éval en 33 minutes), comblant ainsi les lacunes de Nanterre sur le poste 3. Côté choletais, seul Ilian Evtimov a émergé (16 points à 5/12 aux tirs) tandis que le meneur portoricain Angel Rodriguez est passé complètement au travers (7 points à 3/12, -2 d’éval).

 

Le match SFR Sport 2 du samedi 21 janvier

 

Chalon-sur-Saône bat Dijon : 95-83 MVP : Cameron Clark

Comme souvent cette saison, l’Elan Chalon a passé la sixième vitesse dans le dernier quart-temps et a fini par prendre le dessus sur son voisin dijonnais.

« On sait qu’ils sont très forts quand ils sont au fond du trou », avait annoncé Jean-Denys Choulet juste avant le match. » J’attends une grosse réaction de leur part. Ils vont être très durs en défense. » En réalité, les Dijonnais se sont distingués non pas par leur dureté défensive mais, une fois n’est pas coutume, par la qualité de leur attaque. Portés par une adresse presque irréelle à trois-points (8 sur 11 à la mi-temps après une dernière flèche de David Holston), les hommes de Laurent Legname ont scoré 51 points rien que sur la première mi-temps - presque une incongruité pour la 14e attaque du championnat (71,6 points en moyenne). Parfaitement mis en position sur des mouvements d’école, Ryan Brooks (12 points) et Isaiah Miles (14 points) ont posé de gros problèmes à la défense chalonnaise.

Seulement, cette réussite exceptionnelle n'a pas été accompagnée par une une défense de fer. Un temps en difficulté sur la zone dijonnaise, les Chalonnais ont fini par trouver la faille en appuyant dessous sur leurs twin towers Abdoulaye Loum – Moustapha Fall, et en accélérant la cadence. « C’est une des clés du match : aucun jeu rapide ! » rappellera Laurent Legname à ses hommes au cours d’un temps-mort. La JDA a regagné les vestiaires avec trois points d’avance, autant dire rien du tout, ce qui ne rassurait pas forcément Jean-Louis Borg : « Si on veut espérer gagner ce match-là, il va falloir monter d’un cran défensivement »

Clark a rugi !

Les Dijonnais allaient effectivement durcir leur défense pour prendre jusqu’à 8 points d’avance (58-66 à la 26e minute puis 64-72 avec un improbable 12/17 à trois-points) mais au prix d’une avalanche de fautes sur leurs pivots, Johan Passave (5 fautes en 7 minutes !) et Jacques Alingue (4e faute à la 29e). Et puis, au cœur de la tempête, Cameron Clark émergeait côté Elan. Le monsieur 100 000 volts chalonnais inscrivait 8 points presqu’à la suite et concluait le 3e quart-temps d’un contre magistral sur Alingue.

Dès lors, plus rien n’allait arrêter la vague chalonnaise. L’Elan passait un cinglant 18-2 à cheval sur les deux derniers quart-temps. Clark, remonté comme une pendule, scorait dans toutes les positions (31 points à 75% au final, 7 rebonds, 4 passes, 37 d'évaluation ! Son record de la saison), bien soutenu par Axel Bouteille et Jérémy Nzeulie (12 points chacun). Le match avait duré un quart-temps de trop pour les Dijonnais, séduisants mais en manque de rotation et de carburant. « C’est compliqué pour nous. C’est le scénario de notre saison », ne pouvait que constater Johan Passave, dépité devant les caméras de SFR Sport 2 « On se bat mais on n’est jamais récompensé. On en a marre. Peu importe la manière, on veut gagner ! » C’est la 9e défaite en 10 matches pour les Dijonnais, toujours avant-dernier du classement. Mais encore loin d'être condamnés à en juger par la qualité de leur prestation.

La phrase

"L'équipe de Dijon a été excellente, digne d'une équipe du top 3-4 de Pro A. Franchement ce soir, j'applaudi cette équipe. Les dijonnais n’ont pas de souci à se faire dans l’optique du maintien s’ils peuvent rééditer de telles prestations." Jean-Denys Choulet (source : jdadijon.com)

 

Les matches de vendredi

*Hyères-Toulon bat Paris-Levallois : 70-65 MVP : Ryan Evans

L’affaire était pourtant très bien engagée pour le PL. A la mi-temps, les hommes de Freddy Fauthoux dominent outrageusement au rebond (24-9, 12 rebonds offensifs !), à l’image de Louis Labeyrie (11 points, 8 rebonds, 18 d’éval ; 13/10 & 22 au final) et sont donc logiquement devant au score (+8). Mieux : à sept minutes du terme, le PL a, pense-t-on, match gagné (47-62)... mais c'était sans compter sur le coup de la panne, et un 23-3 infligé par les locaux ! En deuxième mi-temps, le HTV protègera mieux son panier (3 rebonds off concédés) et ira chercher son succès grâce à son collectif (5 joueurs à 10 points ou plus, et 10 d’éval ou plus). Parmi eux, David Michineau (12 points, 9 d’éval) ou encore Alexandre Chassang (3/3/4, 10 d’éval). Pour le PL, les chiffres de Louis Campbell (0 d’évaluation) sont à nouveau révélateurs : le meneur US a terminé 7 fois sous la barre des 10 d’évaluation… pour 7 défaites des siens. N’empêche que le club du 92 verra Disney, grâce à un point-average favorable (cf présentation de la journée).

 

Antibes bat *Le Portel : 75-67 MVP : Tim Blue

On pensait la mission « Chaudron » trop ardue pour les Sharks… que nenni ! Privés de Will Solomon, les hommes de Julien Espinosa s’en sont remis aux valeurs refuges que sont Tim Blue et Chris Otule (35 points à 15/25, 11 rebonds, 40 d’évaluation). En face, Frank Hassell a eu beau bomber le torse (18 points, 9 rebonds, 25 d’éval), cela n’a pas suffi. Après avoir espéré la Leaders Cup, Le Portel rentre dans le rang, avec deux défaites en cinq jours. Côté Antibes, on respire un tout petit peu mieux (6-11), dans l’attente du résultat de Dijon (@Chalon).

 

Lundi 23 janvier

Strasbourg – Châlons-Reims (20h30, en direct sur SFR Sport 2)

 

par LNB
Source: LNB

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
15 décembre (13ème journée)
75 – 80 Strasbourg
LNB TV
75 – 72 Dijon
LNB TV
16 décembre (13ème journée)Pariez
18:30 Le Mans
19:00 Antibes
20:00 Gravelines-Dunkerque
20:00 Chalon/Saône
20:00 Châlons-Reims
17 décembre (13ème journée)Pariez
18:30 Bourg-en-Bresse
18 décembre (13ème journée)Pariez
20:45 Pau-Lacq-Orthez
22 décembre (14ème journée)Pariez
20:30 Hyères-Toulon

Classement Pro A

PROA – Classement à la 13ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 75 9v - 3d
2 Le Mans 67 8v - 4d
3 Limoges 67 8v - 4d
4 Strasbourg 62 8v - 5d
5 Lyon-Villeurbanne 59 7v - 5d
6 Nanterre 59 7v - 5d
7 Gravelines-Dunkerque 59 7v - 5d
8 Bourg-en-Bresse 50 6v - 6d
9 Pau-Lacq-Orthez 50 6v - 6d
10 Dijon 47 6v - 7d
11 Cholet 42 5v - 7d
12 Châlons-Reims 42 5v - 7d
13 Antibes 42 5v - 7d
14 Le Portel 39 5v - 8d
15 Levallois 34 4v - 8d
16 Boulazac 34 4v - 8d
17 Hyères-Toulon 31 4v - 9d
18 Chalon/Saône 25 3v - 9d

Classement Pro B

PROB – Classement à la 9ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Orléans 100 9v - 0d
2 Roanne 89 8v - 1d
3 Lille 78 7v - 2d
4 Saint-Chamond 67 6v - 3d
5 Nancy 67 6v - 3d
6 Blois 67 6v - 3d
7 Fos-sur-Mer 56 5v - 4d
8 Rouen 56 5v - 4d
9 Caen 56 5v - 4d
10 Vichy-Clermont 50 4v - 4d
11 Nantes 34 3v - 6d
12 Denain 34 3v - 6d
13 Poitiers 34 3v - 6d
14 Aix-Maurienne 34 3v - 6d
15 Le Havre 29 2v - 5d
16 Evreux 23 2v - 7d
17 Quimper 23 2v - 7d
18 Charleville-Mézières 0 0v - 8d

Matches TV

BILLETTERIE

  • Bourg-en-Bresse
    Strasbourg

    PROA, 14ème journée

    Le 23 déc. 2017 à 18h30

    A partir de 12€

    Achetez votre place
  • Monaco
    Le Portel

    PROA, 14ème journée

    Le 23 déc. 2017 à 19h00

    A partir de 9€

    Achetez votre place
  • Dijon
    Limoges

    PROA, 14ème journée

    Le 22 déc. 2017 à 20h30

    A partir de 5€

    Achetez votre place
  • Cholet
    Gravelines-Dunkerque

    PROA, 13ème journée

    Le 16 déc. 2017 à 20h00

    A partir de 4€

    Achetez votre place
  • Lille
    Roanne

    PROB, 11ème journée

    Le 22 déc. 2017 à 20h00

    A partir de 0€

    Achetez votre place
  • Orléans
    Aix-Maurienne

    PROB, 10ème journée

    Le 19 déc. 2017 à 20h30

    A partir de 0€

    Achetez votre place
  • Poitiers
    Saint-Chamond

    PROB, 11ème journée

    Le 22 déc. 2017 à 20h00

    A partir de 6,50€

    Achetez votre place