Actualité

Pro A – J18 : retour –

Pro A – J18 : Pau et Cooper au top-niveau !

Rencontre digne du top-niveau européen ce soir à Pau, entre un bon Chalon (33 pts de Clark), battu par un Cooper qui a tué le match dans le money-time

D.J. Cooper, discret pendant 33 minutes, puis « tueur né » lors du money-time…

 

Il n’y aurait pas dû y avoir de perdant ce soir, tellement la soirée fut belle au Palais des Sports de Pau. Chalon et Cameron Clark ont brillé lors d’une rencontre indécise jusqu’au bout, mais le collectif de l’Elan Béarnais, puis la patte magique de D.J. Cooper, ont fini par sceller le sort du match…

Le match Numéro 23 - SFR Sport 2 de dimanche

*Pau-Lacq-Orthez bat Chalon-sur-Saône : 95-88 MVP : D.J. Cooper

Annoncé possiblement absent suite au décès de son père, John Roberson, meneur de Chalon et n°2 à l’évaluation de la Pro A avant la rencontre, était finalement présent sur le parquet pour ce choc des Elans. Ce qui n’était pas le cas de Antywane Robinson côté Pau-Lacq-Orthez, l’ailier-fort de l’Elan Béarnais, légèrement touché, étant préservé en vue du match de FIBA Europe Cup mercredi à Ostende.

D’entrée, devant un Palais des Sports plein comme un œuf (3e guichets fermés de suite pour l’Elan), on sentait qu’on allait assister à une superbe rencontre entre deux très belles équipes, drivées par deux coaches qui adorent fixer un cadre mais laisser ensuite la bride sur le cou à leurs pur-sangs respectifs... Allait-on alors pouvoir s’extasier devant les arabesques de D.J. Cooper (n°1 à l’évaluation du Championnat), et John Roberson, son dauphin dans cette « synthèse » de toutes les stats produites ? Pas de toute la première période en tous cas, les deux maîtres à jouer étant surveillés de très près et atteignant la pause avec 3 points chacun et autant d’évaluation. Ce qui n’empêchait pas le match d’être aussi serré, spectaculaire bien que d’un haut niveau également sur le plan tactique.

Lors du premier quart-temps, Moustapha Fall, côté Chalon, allait une nouvelle fois se montrer, terminant la période à 8 points, 4 rebonds et 3 contres (13 d’évaluation), pour porter d’abord Chalon en tête (12-17, 6e minute), avant qu’un coup de chaud venu du banc habituel de Pau, Jean-Michel Mipoka (20 points à 9 sur 13 ce soir, 18 d’évaluation) et Vitalis Chikoko (19 points à 7/9, 20 d’éval.) ne permettent aux Béarnais de virer en tête (23-19).

Avant la pause, les deux clubs allaient encore alterner les « mini-vagues » et se rendre coup pour coup, avec pour acteurs principaux Fall, toujours (14 pts à 6/8, 11 rbds, 3 contres pour 22 d'évaluation), et, déjà, cette boule d’énergie de Cameron Clark qui montait en température, côté Bourguignons. Auxquels répondaient côté palois Alain Koffi (14 pts à 5/7 ce soir) et surtout le jeune Elie Okobo (1,87 m, 19 ans à peine), qui allait exploser ce soir, battant ses records en carrière aux points (15 contre 11, à 5 sur 8 aux tirs), au rebond (5) et à l’évaluation (20 contre 17), des « marques » qui dataient toutes du match aller à Chalon… Le jeune combo-guard gaucher confirme qu’il figure bien parmi les meilleurs espoirs du basket français, après avoir déjà réussi une énorme perf’ en  FIBA Europe Cup face à Pardubice (20 pts, 6 rbds, 10 assists et 31 d’évaluation le 13 décembre dernier). Juste avant la pause, Cameron Clark, sur un incroyable alley-oop tout en maîtrise, ramenait Chalon sur les talons de Pau, avant que Koffi ne marque à 4’’ du buzzer pour donner un peu d’air aux siens (44-40).

Clark énorme ! Cooper dans une autre galaxie

Et nos deux stars dans tout ça ? Le match étant passionnant à suivre, on ne l’aurait presque pas remarqué, mais après 20 minutes de jeu, Cooper traînassait à 3 pts et 3 d’évaluation alors que John Roberson, lui, en était à 3 et 1. Ni l’un ni l’autre n’avait forcé, mais Bokolo et Okobo d’un côté, Pitard et Nzeulie de l’autre, n’étaient pas pour rien dans l’effacement des deux meneurs…

« Franchement, il n’y a pas grand chose à changer », faisait remarquer Choulet juste avant la reprise, « on n'est pas mal du tout. La seule chose, c’est que je ne suis pas content au rebond, où on est dominé. Et puis, on force 4 shoots alors qu’on s’était dit de ne rien forcer. John est bien tenu, mais s’il commence à nous mettre quelques paniers de loin, ça va nous débloquer tout en attaque. »

Le même chassé-croisé allait durer tout le troisième quart-temps, terminé sur le score de 20-25 pour Chalon (64-65 après 30 minutes). Roberson était clairement monté en température (12 pts et 4 pds à ce moment-là), alors que Cooper avait continué à gérer sans rien forcer (3 pts, 1 d’évaluation…).

Comme souvent en basket, le money-time appartient aux stars. Côté Chalon, celle du soir avait pour nom Cameron Clark, en feu ces derniers temps (26,5 pts depuis 4 journées, pas un match sous les 25 points !). L’ailier-fort terminera la rencontre avec 33 points (12/18 aux tirs, 3 sur 4 à trois-points), 7 rebonds, 1 contre pour une évaluation de 34. De quoi permettre aux visiteurs de rêver (77-79 à 4’30 de la fin).

Mais ça, c’était avant… Avant que D.J. Cooper ne démontre, en quelques minutes seulement, pourquoi il est pour le moment l’indéniable « boss » de la Pro A. Un premier trois-points, deux steals, l’une terminée par lui-même en contre-attaque, l’autre par une passe dans le dos très show-time pour Okobo, avant d’offrir un nouveau caviar permettant au jeune Elie de scorer à trois-points (84-81, 37e).

Le reste vient d’une autre planète, D.J. assassinant Chalon en enquillant trois paniers de très loin dans les deux dernières minutes, en scellant le sort de la rencontre (95-88).

Lors des 10 dernières minutes du match, l’ex-meneur de Monaco l’an passé a cumulé 14 points, avec 4 paniers « from downtown » sur 4, 5 passes décisives et 23 d’évaluation (il termine avec 17/9/24). Ahurissant ! Voir abracadabrantesque ! Nommé logiquement MVP de la rencontre, D.J. la jouait calme et modeste au micro de SFR Sport 2 : « Tout le monde jouait bien ce soir et j’ai pour habitude de ne rien forcer et de laisser le jeu venir à moi. Ensuite, j’ai pris le match à mon compte à la fin, mais c’est juste mon rôle. »

Vrai. Encore faut-il s’en montrer à la hauteur.

Avec ce succès, les Béarnais rattrapent Chalon à la 2e place de la Pro A (13V-5D), à trois longueurs de Monaco – même si Chalon conserve le point-average particulier (+13) après sa victoire de 20 points au Colisée à l’aller.

Mais ce dont les deux clubs peuvent aussi se targuer, c’est d’avoir offert la meilleure des publicités pour le basket LNB pour ce premier rendez-vous en clair du dimanche soir sur Numéro 23

 

Les matches de samedi

*Nancy bat Châlons-Reims : 89-80 MVP : Alex Urtasun

Le SLUC bouge encore ! A +7 et 3’30 à jouer, l’affaire est bien engagée pour Marc Trasolini (6 points, 9 rebonds) et les Nancéiens. Les hommes de Gregor Beugnot donnent dans l’inédit, puisque 7 d’entre eux terminent la partie à 10 ou plus d’évaluation, dont Jonathan Jeanne (8 points, 6 rebonds, 16 d’éval en 16 minutes, records en carrière). Mais le CCRB ne fait de sentiment, et revient à -3 à 2 minutes du terme (81-78), via Alex Young (22 points en 27 minutes). Les 8 derniers points du SLUC, pour clore les débats, seront inscrits par deux joueurs d’expérience : Alex Urtasun (19/6/4, 22 d’évaluation) et Brion Rush (24 points, 7 passes). Grâce à ce succès, Nancy pointe à 4-14 mais reste à deux victoires du 17e, Antibes.

 

Dijon bat *Gravelines-Dunkerque : 89-87 MVP : Isaiah Miles

Celui-là, les hommes de Laurent Legname sont allés le chercher très, très loin. A 7 minutes du terme, Myles Hesson (13 points à 4/14) envoie son ancien club à -16 (65-49). La JDA est même encore à -14 à 4 minutes de la fin. La solution trouvée par les Bourguignons ? La rafale à trois points (5/7 sur la période). Axel Julien (15/5/5, 17 d’évaluation) en convertit deux et emmènera les deux équipes en prolongation grâce à deux lancers réussis (72-72). 5 minutes de plus ne suffiront pas, avec des balles de match manquées par Axel Julien et Justin Cobbs (16 points, 10 passes en 41 minutes). Le dénouement sera difficile pour la JDA et se fera via un héros improbable : Marc Judith (13/3/4 en 40 minutes), qui mettra deux lancers cruciaux… puis en manquera deux autres encore plus cruciaux. Suffisant pour s’offrir le scalp d’un BCM pourtant pimpant, qui restait sur une victoire autoritaire au Mans. Au classement, Dijon respire (un peu) mieux (15e, 6-12).

 

*Hyères-Toulon bat Orléans : 78-61 MVP : Trevis Simpson

Le troisième quart a été fatal à un OLB encore dans les clous à la mi-temps (+1). Un 25-10 plus tard, l’affaire est entendue (62-48 après 30 minutes). Le HTV a su profiter des trop nombreuses balles perdues d’Orléans (20, dont 5 pour Antoine Mendy). Trevis Simpson l’a joué rentable (20 points à 7/11 dont 5/8 de loin en 21 minutes), David Michineau s’est montré (15/5/3 en 24 minutes) et Ike Udanoh a été très propre (9 points à 4/6, 7 rebonds, 15 d’éval). Suffisant pour enfoncer un peu plus le club du Loiret, malgré l’activité de Georgi Joseph (13 points, 7 rebonds). Les Varois sont quant à eux aux portes du Top 8 (9e, 9-9).

 

*Monaco bat Le Portel : 81-57 MVP : Brandon Davies

Comme souvent, l’ASM s’est mis en mode rouleau-compresseur et a concassé son adversaire (19 ballons perdus et 44% aux tirs pour Le Portel). +10 après 10 minutes, +17 à la mi-temps, +19 après trois quarts-temps… Les hommes de Zvezdan Mitrovic ne se sont pas faits de frayeur, et terminent avec 29 passes décisives (dont 11 pour Dee Bost) ! Comme d’habitude, tout le monde a joué (10 joueurs entre 14 et 25 minutes !) et apporté, à l’image de Brandon Davies (16 points en 21 minutes). Beaucoup trop, même pour Frank Hassell (16 points, 10 rebonds mais 7 ballons perdus).

 

Le match SFR Sport 2 de samedi

*Strasbourg bat Le Mans : 92-63 MVP : Romeo Travis

« Ce match compte double, déjà. » Avant la rencontre, Vincent Collet pose les enjeux de ce SIG-MSB au micro de SFR Sport 2. « Ca va être un vrai défi physique », reprend le technicien. « Il va falloir répondre à l'agressivité du Mans, des deux côtés du terrain, surtout qu'ils sont très forts dans ce domaine. » On se dit effectivement que les monstres physiques que sont Mouphtaou Yarou et Will Yeguete peuvent réaliser un vrai chantier face à une équipe souvent qualifiée de soft. Sauf que quarante minutes plus tard, c’est bien la SIG qui a roulé sur les Manceaux : 33 à 16 au rebond, et seulement 5 prises en cumulé pour les deux « babars » sarthois.

Après le premier quart, pourtant, rien n’est fait (21-19). Collet passe même un savon à ses joueurs – toujours sur cette même thématique de l’intensité – et Romeo Travis (12 points à 5/7, 6 rebonds, 7 passes pour 23 d’évaluation) puis Erik Murphy (18 points, 19 d’éval) lui répondent en se jetant sur plusieurs ballons à terre. La SIG monte même tellement dans les tours qu’elle en rate des choses faciles, comme ce lay-up de Paul Lacombe (4/5/5, 11 d’évaluation) en contre-attaque. L’arrière à tout faire de Strasbourg a perdu sa teinture blonde, gagné un cocard… et régale Travis pour un premier petit break (32-24, 14e). A la mi-temps, l’écart a encore un peu plus grimpé (+11), et les chiffres piquent les yeux des supporters sarthois : 24-9 au rebond pour la SIG (12-1 au rebond off !), 60-20 à l’éval ! 

« Il faut compter sur nous désormais ! »

Même topo au retour des vestiaires : Travis régale ses coéquipiers, dont A.J. Slaughter (17 points à 6/8, dont 3/3 à trois points, 19 d’éval) et Mam’ Jaiteh (14 points, 6 rebonds, 17 d’évaluation). Erman Kunter prendra un premier temps-mort (54-38, 25e)… qui ne ralentira même pas des Alsaciens intenables, qui débuteront le troisième quart par un 9/9 aux tirs ! Trois minutes plus tard et un 15-3, le suspense n’est plus (62-41, 28e). La dernière période permettra même à Pape Sy de se mettre en valeur (9 de ses 11 points inscrits dans le quatrième quart-temps).

« J’ai beaucoup de choses à vous dire », annonce Vincent Collet dans son vestiaire, après-match. « Super jeu de passes (27 passes décisives !). C’est même presque trop car vous passez même quand vous êtes ouvert, mais l’esprit est là. L’intensité aussi, même si Le Mans n’a pas été aussi agressif que d’habitude. » Mis à part Pape-Philippe Amagou (10 points, 8 fautes provoquées), le MSB s’est éteint après 10 minutes, encaissant un 71-44 dans les trois quarts-temps suivants ! « On a eu à cœur de tenir le défi physique, on s’était bien préparé pour », se félicite Frank Ntilikina après-match. « Nous ne sommes plus la même équipe qu’en début de saison », poursuit Travis. « Il faut compter sur nous désormais ! »

Au classement, la SIG revient à hauteur du PL et de l’ASVEL (10-8) et enchaîne après la rouste collée au CCRB (+28). « Je ne veux pas réduire cette victoire », conclut Vincent Collet. « Mais à Salonique, ce ne sera pas la même chose. Soyez encore agressifs, comme ce soir ! Oubliez ce match, mais pas la façon dont on est allés le chercher ! » A voir donc si les Sigmen seront capables de reproduire une telle copie en Grèce, pour le compte de leur 1/16e de finale aller en BCL, mardi prochain…

 

Les matches de vendredi

Nanterre bat *Lyon-Villeurbanne : 88-74 MVP : Spencer Butterfield

L’ASVEL a pris la foudre ce vendredi soir contre Nanterre. Bien dans leurs standards, les Franciliens ont bâti leur victoire autour d’un déluge de tirs à trois-points (14/33 derrière l’arc). C’était le seul moyen pour eux, privés de Talib Zanna et très rapidement de Brian Conklin (blessé au genou), de s’imposer à l’Astroballe face à une équipe beaucoup plus physique. Légitimement fier de son équipe à l'issue du match, Pascal Donnadieu a parlé d'un match "héroïque", d'un "exploit" de ses hommes.

J.D. Jackson avait demandé à ses hommes d’appliquer une intensité défensive bien supérieure à celle du match aller (perdu 103-100 après prolongation). Son message n’a pas été entendu. Le match est parti sur des bases très offensives (26-23). A la première grosse accélération de la Green Team en début de deuxième quart-temps (34-27), Nanterre a répondu par une défense de zone. Heiko Schaffartzik et Mykal Riley ont remis leur formation dans le match (41-42 à la mi-temps).

On joue sans intelligence

Deux nouvelles flèches longue distance de Mykal Riley, auteur ce soir de sa meilleure prestation de la saison (15 points à 4/5 à 3-pts, 9 rebonds, 3 passes, 23 d’évaluation), ont lancé idéalement les Nanterriens dans le troisième quart-temps. Hugo Invernizzi et Spencer Butterfield, incandescent après la pause (13 points), ont pris le relais, tandis que l’ASVEL bafouillait son basket sur la zone des visiteurs. "On fait toujours les mêmes erreurs, des ballons perdues, des deuxièmes chances laissées à l'adversaire (14 rebonds offensifs pour Nanterre)", déplorera J.D. Jackon. "On force des actions, on baisse la tête, on joue sans intelligence, sans spacing. Ca a galvanisé Nanterre, ça les a mis en confiance."

Toutefois, le public de l’Astroballe s’est pris à y croire lorsque deux paniers à trois-points de Dragovic et Meacham ont ramené les Blanc et Noir à six longueurs avec 4’40’’ à jouer (69-75). Mais Mathias Lessort (11 pts, 7 rebonds, 17 d’éval) et deux nouveaux trois-points de Mykal Riley et Hugo Invernizzi ont mis le couvercle sur ce match, bien maîtrisés par des Nanterriens admirables de solidarité. L’ASVEL n’a toujours pas battu une formation mieux classée qu’elle cette saison. "On n'est pas bons pour trouver les points faibles de nos adversaires et les exploiter", analyse Darryl Watkins, tandis que son coach estime que le niveau de jeu actuel de la Green Team "n'est pas du tout là cela doit être". Le retour de Charles Kahudi devient urgent.

Paris-Levallois bat Antibes : 88-67 MVP : Landing Sane

Dans l'autre match de la soirée de Pro A, le Paris Levallois s'est bien repris après sa défaite à Hyères-Toulon en disposant facilement d'Antibes. Après un premier quart-temps "Portes Ouvertes" (19-26), les hommes de Freddy Fauthoux ont très nettement serré la vis en défense (41 points encaissés au cours des 30 minutes suivantes) et se sont envolés vers une victoire tranquille. Une fois n'est pas coutume, Landing Sane a fini meilleur marqueur du PL (19 points, 6 rebonds, 21 d'éval) tandis que Louis Labeyrie a compilé la meilleure évaluation de son équipe (17 points, 10 rebonds, 27 d'évaluation). Les Parisiens en profitent pour revenir au niveau de l'ASVEL (10v-8d).

Suite et fin de la 18e journée (lundi 6 février)

Cholet – Limoges (20h30, en direct sur SFR Sport 2 à partir de 20h20)

par LNB
Source: LNB

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
05 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
80 – 60 Strasbourg
LNB TV
06 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
76 – 71 Monaco
LNB TV
07 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
82 – 89 Strasbourg
LNB TV
08 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
83 – 94 Monaco
LNB TV
09 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
79 – 85 Le Mans
LNB TV
13 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
81 – 77 Le Mans
LNB TV
15 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
77 – 87 Le Mans
LNB TV
18 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
84 – 72 Monaco
LNB TV
20 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
69 – 78 Monaco
LNB TV
24 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)Pariez
18:30 Le Mans

Classement Pro A

Jeep® ÉLITE – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 74 25v - 9d
2 Strasbourg 71 24v - 10d
3 Le Mans 62 21v - 13d
4 Limoges 59 20v - 14d
5 Dijon 59 20v - 14d
6 Lyon-Villeurbanne 56 19v - 15d
7 Nanterre 56 19v - 15d
8 Pau-Lacq-Orthez 53 18v - 16d
9 Bourg-en-Bresse 50 17v - 17d
10 Levallois 48 16v - 18d
11 Le Portel 48 16v - 18d
12 Chalon/Saône 45 15v - 19d
13 Gravelines-Dunkerque 45 15v - 19d
14 Châlons-Reims 45 15v - 19d
15 Cholet 42 14v - 20d
16 Antibes 39 13v - 21d
17 Boulazac 36 12v - 22d
18 Hyères-Toulon 18 6v - 28d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
27 mai (PROB-Playoffs Accession)
60 – 73 Fos-sur-Mer
LNB TV
28 mai (PROB-Playoffs Accession)
77 – 76 Orléans
LNB TV
30 mai (PROB-Playoffs Accession)
85 – 86 Rouen
LNB TV
02 juin (PROB-Playoffs Accession)
83 – 36 Lille
LNB TV
79 – 75 Rouen
LNB TV
04 juin (PROB-Playoffs Accession)
70 – 92 Fos-sur-Mer
LNB TV
77 – 52 Roanne
LNB TV
07 juin (PROB-Playoffs Accession)
71 – 55 Lille
LNB TV
11 juin (PROB-Playoffs Accession)
68 – 72 Fos-sur-Mer
LNB TV
14 juin (PROB-Playoffs Accession)
76 – 70 Roanne
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Blois 80 27v - 7d
2 Roanne 77 26v - 8d
3 Orléans 74 25v - 9d
4 Fos-sur-Mer 71 24v - 10d
5 Lille 68 23v - 11d
6 Saint-Chamond 65 22v - 12d
7 Nancy 56 19v - 15d
8 Rouen 50 17v - 17d
9 Evreux 48 16v - 18d
10 Denain 48 16v - 18d
11 Aix-Maurienne 45 15v - 19d
12 Vichy-Clermont 42 14v - 20d
13 Nantes 36 12v - 22d
14 Caen 36 12v - 22d
15 Quimper 33 11v - 23d
16 Poitiers 33 11v - 23d
17 Le Havre 30 10v - 24d
18 Charleville-Mézières 18 6v - 28d

Matches TV

BILLETTERIE