Actualité

Grand Format –

Théo Maledon (ASVEL), un ado parmi les hommes

Après Frank Ntilikina, un autre meneur surdoué est en couveuse en Pro A. A 16 ans, Théo Maledon (1,92 m) découvre l’univers du basket pro à l’ASVEL.

Théo Maledon est le 3e meneur de l'ASVEL derrière John Roberson et DeMarcus Nelson (photo : Infinity Nine Media - Alexia Leduc)

Tout est allé très vite dans la jeune carrière de Théo Maledon. En 2015, le Rouennais a rejoint le Centre Fédéral avec un an d’avance. Il a ensuite quitté la structure du Bois de Vincennes après seulement deux ans, et une dernière saison à 25 minutes en moyenne en Nationale 1. Il a disputé son premier championnat d'Europe des moins de 16 ans en 2016 en étant le seul surclassé des Bleuets. Puis a décroché le titre de champion d’Europe U16 cet été avec la génération 2001, trois ans après celle des 98 emmenés par un certain Frank Ntilikina.

Théo Maledon et Frank Ntilikina ont des qualités différentes, quoi que les deux joueurs excellent sur pick and roll. Ils ont surtout en commun un Q.I. basket très supérieur à la moyenne et une tête bien faîte - le Néo-Villeurbannais est actuellement en Terminale S… avec un an d’avance sur ses camarades de classe.

A seulement 16 ans, Théo Maledon s’entraîne quotidiennement avec les pros de l’ASVEL. Mieux, il est le deuxième joueur le plus précoce à avoir porté le maillot de l’ASVEL dans l’histoire du club, a rapporté le site OBuzzer. C’était le 30 septembre contre Cholet, à 16 ans, 3 mois et 18 jours. On a observé lors de ses quelques entrées en jeu, notamment en EuroCup chez l’actuel leader du championnat turc, Tofas Bursa, que le gamin était loin d’être ridicule face à une opposition de très haut niveau.

A l’instar de Killian Hayes à Cholet, l’autre prodige de la génération 2001, Théo Maledon est certainement à l’aube d’une grande carrière. Il nous dévoile son quotidien d’ado parmi les pros.

Théo, peux-tu revenir sur ta décision de quitter le Centre Fédéral à seulement 16 ans pour rejoindre l’ASVEL et sur ton arrivée dans le Rhône ?

Je voulais découvrir le monde professionnel. Je sentais que c’était le bon moment pour commencer à y rentrer. Je suis allé à l’ASVEL parce que j’avais déjà signé une convention avec eux avant de rentrer à l’INSEP.  Je suis arrivé après le championnat d’Europe fin août. Ils m’ont bien intégré. J’ai commencé à m’entraîner tout de suite avec les pros.

L’adaptation a-t-elle été délicate loin du cocon du Centre Fédéral ?

C’est sûr que c’est différent parce qu’à l’INSEP il y avait vraiment tout dans un même espace. Ici ce n’est pas trop compliqué quand même – je vis avec mes parents - mais forcément les temps de trajet sont un peu plus longs.

Tu dois composer entre les entraînements des espoirs et des pros plus tes études en Terminale S. A quoi ressemble ta journée type ?

Ca dépend de la journée mais je vais en cours le matin. S’il y a un entraînement le matin, j’ai un mot du club pour signaler mon absence et je rattrape le cours plus tard avec les professeurs. Ensuite je retourne en cours jusqu’à 15 heures. Puis je vais à l’entraînement, ou alors je fais un peu de musculation ou l’entraînement espoirs. Depuis que ce protocole a été mis en place, je n’ai pas raté à un entraînement. Selon mon emploi du temps, j’ai aussi des entraînements individuels. C’est souvent après les entraînements (collectifs) ou juste avant. On fait 15-20 minutes de travail spécifique.

 

"C'est sûr que les deux-trois premiers écrans, c’est compliqué !"

 

Tu dirais que ce programme est plus soutenu qu’à l’INSEP ?

C’est un peu le même. Les pros ont beaucoup plus de matches que l’INSEP comme ils jouent l’EuroCup, donc il y a moins d’entraînement pour préparer le match. Quand il n’y a qu’un entraînement le matin, je peux venir l’après-midi m’entraîner avec les espoirs ou faire du travail individuel. Donc je pense que c’est équivalent.

A quel niveau a-t-il fallu l'ajustement est le plus important entre ce que tu as connu à l’INSEP et aujourd'hui à l’ASVEL ? Tactiquement ? Physiquement ?

Déjà, il y a beaucoup plus de scouting, même si à l’INSEP il y avait quand même un bon niveau tactique. Ensuite, au niveau de la dimension physique, c’est sûr que les deux-trois premiers écrans, c’est compliqué ! C’est plus de l’habitude. Il faut être plus intense pour les éviter. Il faut monter d’un niveau. Je suis un peu encore en transition mais ça va beaucoup mieux.

On imagine que défendre tous les jours sur John Roberson à l’entraînement ne doit pas être évident, parce que le garçon est difficile à stopper…

Oui quand même ! Mais je ne défends pas uniquement sur John. Je suis amené à défendre sur les 2 et les 3 aussi. Ca fait une sorte de globalité et c’est super intéressant de jouer contre différents profils.  J’apprends beaucoup.

(photo : Infinity Nine Media - Alexia Leduc)

Tu as joué trois matches en Pro A (17 minutes) et deux en EuroCup (11 minutes). T’attendais-tu à être si vite sur le terrain ?

(Il réfléchit) Quand même un peu. C’était dans ma tête. Et ensuite, des aléas, des blessures, ont fait qu’il y avait des places à prendre, avec les absences de DeMarcus Nelson et Nicolas Lang. Dès que ces blessures sont arrivées, le coach m’a dit de me tenir prêt, que cela pouvait arriver vite…

Qu’as-tu ressenti sur le terrain ?

J’ai eu de bonnes sensations. C’est différent de jouer jouer dans des salles remplies, avec une atmosphère différente. C’est un plus sur le terrain. Je sais que dans tous les cas je dois me donner à 100%, que je suis plus là pour donner un coup de main pour reposer les joueurs. Donc dès que je rentre, je donne tout ce que j’ai.

L’autre changement par rapport à l’INSEP c’est que maintenant tu joues pour gagner…

Ca change beaucoup ! Je le ressens même dès le début de l’échauffement. Le premier match de la saison, où je suis resté sur le banc, j’ai trouvé que l’atmosphère était super excitante.

Avec quels joueurs es-tu le plus proche et quels genre de conseils te donnent-ils ?

Il y a Charles Kahudi, John Roberson… Il n’y a pas qu’une personne qui m’aide, tout le groupe s’entraide. C’est vraiment un travail d’équipe. Ils me montrent comment améliorer des petits détails, par exemple être plus bas sur mes appuis, toujours être prêt pour tirer, comment gérer les entrées sur le terrain. Pleins de petits trucs super intéressants.

En parallèle, tu es l’un des leaders de l’équipe espoirs (16,4 points à 42%, 4,8 rebonds, 5 passes en 35 minutes). Le niveau est conforme à ce que tu attendais ? Cela change de la Nationale 1 ?

Je n’avais jamais trop vu le niveau espoirs donc je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Il y a une grande différence avec la N1, c’est qu’en N1 ce sont des pros. En espoirs, le jeu est un peu plus brouillon mais c’est intéressant parce que ça me permet de travailler d’autres facettes de mon jeu, par exemple essayer de progresser sur les pertes de balles (4 par match).  En espoirs, je peux vraiment travailler sur moi-même.

Votre équipe a mal démarré (2 défaites après 3 journées) mais elle vient de gagner ses six derniers matches (3e ex aequo avec 7v-2d, derrière Cholet et Strasbourg)…

Oui, le début de l’année a été un peu compliqué parce qu’il y avait pas mal de blessés et on ne pouvait pas s’entraîner avec l’effectif complet. Depuis quelques matches ça va beaucoup mieux, on travaille bien ensemble. Je pense qu’on peut viser haut sur le championnat espoirs.

par LNB
Source: LNB

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
05 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
80 – 60 Strasbourg
LNB TV
06 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
76 – 71 Monaco
LNB TV
07 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
82 – 89 Strasbourg
LNB TV
08 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
83 – 94 Monaco
LNB TV
09 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
79 – 85 Le Mans
LNB TV
13 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
81 – 77 Le Mans
LNB TV
15 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
77 – 87 Le Mans
LNB TV
18 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
84 – 72 Monaco
LNB TV
20 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
69 – 78 Monaco
LNB TV
24 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
74 – 76 Le Mans
LNB TV

Classement Pro A

Jeep® ÉLITE – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 74 25v - 9d
2 Strasbourg 71 24v - 10d
3 Le Mans 62 21v - 13d
4 Limoges 59 20v - 14d
5 Dijon 59 20v - 14d
6 Lyon-Villeurbanne 56 19v - 15d
7 Nanterre 56 19v - 15d
8 Pau-Lacq-Orthez 53 18v - 16d
9 Bourg-en-Bresse 50 17v - 17d
10 Levallois 48 16v - 18d
11 Le Portel 48 16v - 18d
12 Chalon/Saône 45 15v - 19d
13 Gravelines-Dunkerque 45 15v - 19d
14 Châlons-Reims 45 15v - 19d
15 Cholet 42 14v - 20d
16 Antibes 39 13v - 21d
17 Boulazac 36 12v - 22d
18 Hyères-Toulon 18 6v - 28d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
27 mai (PROB-Playoffs Accession)
60 – 73 Fos-sur-Mer
LNB TV
28 mai (PROB-Playoffs Accession)
77 – 76 Orléans
LNB TV
30 mai (PROB-Playoffs Accession)
85 – 86 Rouen
LNB TV
02 juin (PROB-Playoffs Accession)
83 – 36 Lille
LNB TV
79 – 75 Rouen
LNB TV
04 juin (PROB-Playoffs Accession)
70 – 92 Fos-sur-Mer
LNB TV
77 – 52 Roanne
LNB TV
07 juin (PROB-Playoffs Accession)
71 – 55 Lille
LNB TV
11 juin (PROB-Playoffs Accession)
68 – 72 Fos-sur-Mer
LNB TV
14 juin (PROB-Playoffs Accession)
76 – 70 Roanne
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Blois 80 27v - 7d
2 Roanne 77 26v - 8d
3 Orléans 74 25v - 9d
4 Fos-sur-Mer 71 24v - 10d
5 Lille 68 23v - 11d
6 Saint-Chamond 65 22v - 12d
7 Nancy 56 19v - 15d
8 Rouen 50 17v - 17d
9 Evreux 48 16v - 18d
10 Denain 48 16v - 18d
11 Aix-Maurienne 45 15v - 19d
12 Vichy-Clermont 42 14v - 20d
13 Nantes 36 12v - 22d
14 Caen 36 12v - 22d
15 Quimper 33 11v - 23d
16 Poitiers 33 11v - 23d
17 Le Havre 30 10v - 24d
18 Charleville-Mézières 18 6v - 28d

Matches TV

  • BILLETTERIE