Actualité

Interview Grand Format –

J.-D. Choulet (coach Chalon) : «Redonner confiance, c’est ce qu’il y a de plus dur !»

Être Champion de France 2017 puis avoir connu un début de saison suivante catastrophique a été un crève-cœur pour Jean-Denys Choulet. Analyse et confidences de JDC…

Être Champion de France 2017, pour la première fois depuis son doublé avec Roanne en 2007, a été une immense joie pour Jean-Denys Choulet. Mais suite au départ de Roberson, Clark et Fall, Chalon a connu un début de saison catastrophique qui a conduit l’Élan à la dernière place de la Pro A. Analyse avec JDC…

Jean-Denys, tu apparais souvent comme un roc, voire parfois une grande gueule. Là, quelques mois après une superbe joie née du titre de Champion, on vous a senti réellement touché… et touchant cet automne. Qu’est-ce que cela t’inspire ?

(Il rit) Moi, cela ne m’inspire rien de spécial. C’est vrai qu’on a tous été touchés - moi le premier sans doute - par ce début de saison catastrophe. On a bossé pour mettre en place quelque chose qui tienne la route et on s’est pris de plein fouet un retour de manivelle douloureux. Il se trouve que les choses n’ont pas fonctionné pour tout un tas de raisons que je ne vais pas détailler ici. Mais on a commencé par une énorme erreur de casting sur un poste - celui de meneur de jeu - très important dans le jeu que j’essaie de mettre en place. En plus, on sortait de deux saisons avec John Roberson, donc forcément, la comparaison fait mal. Ensuite, on a enchaîné les défaites, les gars ont perdu confiance. On avait aussi des gars qui sont venus parce qu’ils imaginaient se retrouver, dans mon jeu, avec des positions de shoots facilitantes. Là, ça n’était pas le cas. On n’a donc pas pu mettre en place le collectif et les systèmes de jeu que je souhaitais et on s’est vite retrouvés dans le dur. Ensuite, très vite, les shooteurs ont perdu leur confiance, l’équipe est un peu partie à la dérive et ça a fait énormément de mal à tout le monde, Président, GM et moi-même… Bon, la blessure de Jevohn Shepherd, ça n’a pas aidé, mais il était venu pour être la rotation de Lance Harris, il faut être honnête. Mais c’est aussi une accumulation de petits pépins qui te mettent dans le dur. Par exemple, là, on gagne enfin trois matches de suite et  on perd Khalid Boukichou et Bastien Pinault qui vont être absents pendant 3 semaines. On n’a pas de bol, mais c’est comme ça. C’est une année où il faut serrer les dents - et peut-être les fesses - pour s’en sortir et reconstruire derrière. Bon, je me suis trompé sur le meneur américain, mais la différence avec les autres années, c’est qu’il n’y a plus de joueurs US sur le marché actuellement. Donc si tu fais une erreur de recrutement… Je n’en ai pas fait beaucoup ces 10 dernières années, mais celle-là, je la prends de plein fouet.

 

Ce manque de joueurs sur le marché est-il dû principalement aux nouveaux contrats en G-League ?

Bien sûr ! Avec les two-ways contracts, les joueurs refusent de venir et préfèrent rester au plus près des clubs NBA. Avant, ils gagnaient 30.000 $ en D-League, donc ils préféraient venir et en prendre de 60 à 150.000 en France ou ailleurs en Europe. Mais maintenant, ils en gagnent entre 60 et 320.000, pourquoi voudrais-tu qu’ils viennent ? C’est un vrai problème. Si l’on avait un vivier de JFL suffisant, ça n’en serait pas un, mais même si tu veux faire jouer les jeunes plus tôt, plus vite etc., des JFL qui peuvent apporter un plus, il n’y en a pas sur le marché. Nous avons ici un espoir qui a fait 51 d’évaluation (Etienne Ca, 2,10 m, 20 ans, qui a compilé 34 pts à 16/17, 15 rbds et 4 contres contre Antibes, ndlr) lors du dernier match. Mais il peine énormément encore ne serait-ce que pour s’entraîner avec les pros. Comment peut-on imaginer le mettre sur le terrain dès maintenant alors qu’il a autant de mal encore à l’entraînement ? Il n’y a pas assez de joueurs français pour se passer des Ricains. Et maintenant bah, il n’y a plus de Ricains ! Donc si tu fais une erreur, tu paies cash ! John Roberson, c’était un pari aussi. Gagnant ! Adam Smith, le pari a été perdant, voilà ! On s’est dit, ce n’est pas grave, on va le remplacer. Mais pendant deux mois, on n’a pas trouvé qui que ce soit pour le remplacer. Et celui que l’on a trouvé, Darrin Dorsey, commence simplement à montrer le bout de son nez. Pendant un mois, il a été catastrophique, avec 16% d’adresse aux tirs et c’est seulement maintenant qu’on commence à revoir le vrai Darrin, celui du Portel l’an dernier. C’est un concours de circonstances malheureux. Et Smith n’est pas un mauvais joueur. On pensait tous que c’était un n°2 qui pourrait se transformer en meneur, mais il n’a jamais pu…

Tu es réputé pour aller dénicher des talents cachés à des tarifs imbattables. Là, cet été, après avoir perdu 3 des 4 meilleurs joueurs de Pro A à l’évaluation, tes choix n’ont pas été top. Cela arrive, non ?

Un choix n’a pas été top ! Pierre-Antoine Gillet, on verra en fin de saison, mais j’y crois. James Farr, au salaire où il est, soit plus de moitié moins que le titulaire, à 24 ans seulement, c’est une satisfaction. Raphiael Putney, pour moi, ce n’est pas une erreur, sauf avec Adam Smith pour meneur de jeu. L’erreur sur le meneur a entraîné des réactions en chaîne. Et ça, je le prends pour moi, c’est moi le fautif. Mais quand on a signé Smith, le Bayern et l’ALBA Berlin le voulaient. Ce grain de sable a grippé toute la mécanique. Gillet, Putney, ce sont des bons joueurs, mais une fois la confiance envolée… Et Jeremy Nzeulie, MVP des Finales quand même ! Lui aussi s’est retrouvé perdu avec Smith comme meneur. En toute franchise, ensuite, faire que les joueurs retrouvent leur confiance, c’est ce qu’il y a de plus dur au monde…

 

Allez, pour changer quelques secondes de sujet, sur ces 20 dernières années, sur le plan du rapport qualité prix, ce serait quoi, ton top-3 des trouvailles, et si tu le veux bien, ton flop-3 ?

Trois, c’est difficile… (Long soupir) Sur le strict rapport qualité prix, Jerry McCullough, venu au BCM pour 30 ou 40.000 dollars. Dee Spencer est venu au départ pour moins de 60.000. Et John Roberson, lui-aussi à 60. Après, il y en a eu pas mal, comme Terrel McIntyre, Aaron Harper, Cameron Clark, Mike Bauer… Le top-flop, je ne veux pas les donner, parce que la plupart continue leur carrière. Mais bon, tu connais le numéro 1…

Même dernier, l’Elan semble quand même aller nettement mieux ces derniers temps et vient d’enchaîner trois victoires consécutives. Qu’est-ce qui fonctionne mieux ?

Cela tient à 100% à la confiance qui revient petit à petit. Nous avons un peu allégé les entraînements, parce que je me suis rendu compte que pour revenir on s’entraînait énormément. Mais pour le reste, c’est la confiance. Quand tu vois Pierre-Antoine (Gillet), qui fait 8/8 à trois-points sur les deux derniers matches alors qu’il était à 16% avant. Mais bon, nous n’avons pas non plus une armada offensive comme celle de l’an passé, ou celle de Nanterre cette année, avec des gars qui tirent de n’importe où, dans n’importe quelle position, et puis ça tombe dedans…

 

Chalon, entre le titre 2017 et vos difficultés actuelles, illustre la situation d’une Pro A hyper homogène en termes de budget : un ou deux paris gagnés et vous jouez le titre, une erreur de casting et cela vous met à risque…

Tout à fait. Même en mettant beaucoup d’effort pour dénicher des perles rares. On y met beaucoup d’énergie pourtant, et je crois être le seul coach à me déplacer tous les ans aux USA pour aller voir des joueurs. Après… Putney, j’étais persuadé qu’en Pro A il allait faire des cartons. Malheureusement, il s’est retrouvé avec un meneur qui ne lâchait pas les balles et ça l’a privé du jeu rapide qui représente 80% de son jeu. Mais bon, il y a quand même des équipes à l’abri, comme l’ASVEL ou la SIG. L’ASVEL, je suis très surpris de leur parcours, parce qu’avec Roberson et Slaughter, je les pensais intouchables. Surpris aussi de ce que fait Monaco, parce que je ne trouve pas qu’ils aient des joueurs formidables. Mais le boulot, depuis le banc, a été fait, comme je le dis depuis des années. Mais l’ASVEL, je pensais même qu’ils pourraient être aujourd’hui invaincus. La SIG ? Ils ont peut-être une équipe qui, au final, va aller au bout. Mais j’imaginais qu’il leur faudrait du temps parce que Vincent (Collet) a pris des joueurs qui ne correspondent pas forcément à son profil de jeu. Mais ce sont aussi peut-être ceux-là qui vont lui permettre de gagner au final. Mais l’ASVEL, c’est incroyable ! IN-CRO-YA-BLE ! Rien qu’avec Slaughter et Roberson, tu as l’assurance de marquer 40 points. Avec en relais Lang, Lighty, Kahudi ! C’est une équipe surdimensionnée pour la Pro A. Après, je sais que ce n’est pas facile de faire jouer tout ça ensemble et donner à manger à tout le monde, mais sur le papier, c’est une équipe exceptionnelle.

 

Telle qu’elle est aujourd’hui, jusqu’où cette équipe peut espérer aller ?

Ecoute, j’espère déjà avoir l’effectif pour nous maintenir, je l’espère sincèrement. Et si on le fait, je peux promettre qu’une saison comme celle-là ne se reproduira plus de sitôt ! Parce que le marché fait que tu n’as absolument pas le droit à l’erreur. J’ai trop, trop mal vécu cette situation. Cela va un peu mieux, mais on est encore loin du compte. Moi, le basket est ma passion. Je vis, dors et mange basket, et quand tu prends des doudounes à tous les matches et que tu n’arrives pas à trouver les solutions pour faire marquer des points à tes joueurs, je te garantis que c’est un calvaire ! Passer de meilleure attaque de Pro A à la plus faible du championnat en quelques mois, je vis ça comme une catastrophe. Un crèvecœur, pour citer un collègue…

Même s’il ne faut jamais présager de rien en la matière, beaucoup de coaches auraient « sauté » en de telles circonstances. À l’Elan, tu as reçu énormément de soutien du public, des sponsors et de l’encadrement du club. Tu t’es dit au bord des larmes lors de certaines des manifestations de ce soutien…

Oui, oui, bien sûr. Cela ne te fait pas gagner des matches pour autant, mais c’est vrai que ça m’a touché. Tu sais, quand tu as l’impression de ne plus trouver quelles manettes actionner pour remettre les gars à l’endroit, franchement, tu en arrives à te dire : «’il vaut mieux qu’ils prennent quelqu’un d’autre’. Moi, oui, je l’avoue, j’avais un mal fou à dormir et je me réveillais obsédé par les solutions à trouver. Mais pour moi, m’en aller aurait été la solution de facilité.

par LNB
Source: Elan Chalon

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
05 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
80 – 60 Strasbourg
LNB TV
06 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
76 – 71 Monaco
LNB TV
07 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
82 – 89 Strasbourg
LNB TV
08 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
83 – 94 Monaco
LNB TV
09 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
79 – 85 Le Mans
LNB TV
13 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
81 – 77 Le Mans
LNB TV
15 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
77 – 87 Le Mans
LNB TV
18 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
84 – 72 Monaco
LNB TV
20 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
69 – 78 Monaco
LNB TV
24 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
74 – 76 Le Mans
LNB TV

Classement Pro A

Jeep® ÉLITE – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 74 25v - 9d
2 Strasbourg 71 24v - 10d
3 Le Mans 62 21v - 13d
4 Limoges 59 20v - 14d
5 Dijon 59 20v - 14d
6 Lyon-Villeurbanne 56 19v - 15d
7 Nanterre 56 19v - 15d
8 Pau-Lacq-Orthez 53 18v - 16d
9 Bourg-en-Bresse 50 17v - 17d
10 Levallois 48 16v - 18d
11 Le Portel 48 16v - 18d
12 Chalon/Saône 45 15v - 19d
13 Gravelines-Dunkerque 45 15v - 19d
14 Châlons-Reims 45 15v - 19d
15 Cholet 42 14v - 20d
16 Antibes 39 13v - 21d
17 Boulazac 36 12v - 22d
18 Hyères-Toulon 18 6v - 28d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
27 mai (PROB-Playoffs Accession)
60 – 73 Fos-sur-Mer
LNB TV
28 mai (PROB-Playoffs Accession)
77 – 76 Orléans
LNB TV
30 mai (PROB-Playoffs Accession)
85 – 86 Rouen
LNB TV
02 juin (PROB-Playoffs Accession)
83 – 36 Lille
LNB TV
79 – 75 Rouen
LNB TV
04 juin (PROB-Playoffs Accession)
70 – 92 Fos-sur-Mer
LNB TV
77 – 52 Roanne
LNB TV
07 juin (PROB-Playoffs Accession)
71 – 55 Lille
LNB TV
11 juin (PROB-Playoffs Accession)
68 – 72 Fos-sur-Mer
LNB TV
14 juin (PROB-Playoffs Accession)
76 – 70 Roanne
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Blois 80 27v - 7d
2 Roanne 77 26v - 8d
3 Orléans 74 25v - 9d
4 Fos-sur-Mer 71 24v - 10d
5 Lille 68 23v - 11d
6 Saint-Chamond 65 22v - 12d
7 Nancy 56 19v - 15d
8 Rouen 50 17v - 17d
9 Evreux 48 16v - 18d
10 Denain 48 16v - 18d
11 Aix-Maurienne 45 15v - 19d
12 Vichy-Clermont 42 14v - 20d
13 Nantes 36 12v - 22d
14 Caen 36 12v - 22d
15 Quimper 33 11v - 23d
16 Poitiers 33 11v - 23d
17 Le Havre 30 10v - 24d
18 Charleville-Mézières 18 6v - 28d

Matches TV

  • BILLETTERIE