Actualité

Leaders Cup, quart de finale –

L’ASVEL au bout de l’essorage…

La SIG est partie fort dans cette rencontre, mais avec les absences de Labeyrie, Leloup, Sy puis Logan en seconde période, l’ASVEL avait plus de gaz (77-70).

David Lighty (ASVEL)

Tout avait commencé en mode cauchemar côté ASVEL, étouffée par une défense de fer de la SIG. Ainsi, à la 7e minute, les Champions de France 2016 pointaient avec un déficit de 14 points (16-2), en ayant laissé filer 5 ballons lors des 5 minutes initiales, ne trouvant pas l’ouverture pour amener le ballon dans la raquette et surtout sans adresse (1/9 !). Mais heureusement pour la Maison Verte, les premières rotations de Vincent Collet, avec notamment un Damien Inglis perdu, leur donnèrent l’occasion de revenir dans la rencontre en trouvant un peu de jeu rapide et… de réussite, comme sur ce trois-points marqué avec la planche par Charles Kahudi. Résultat, un -6 (20-14) plutôt flatteur pour les joueurs de T.J. Parker à l’issue du premier quart-temps.

Dans le deuxième quart, les deux équipes s’annihilaient en défense et manquaient longtemps d’adresse… puis allaient se rendre paniers pour paniers (33-28, 17e) à partir de la 14e minute, en se donnant un peu d’air sur des phases de jeu rapide. Il faut dire que côté ASVEL, Watkins, Kahudi et Roberson comptaient déjà deux fautes ce que le sélectionneur national ne manquait pas de « cibler » en demandant à Dee Bost d’agresser par exemple le lutin villeurbannais… Juste avant la pause, la SIG manquait quelques occasions en or pour faire un break plus conséquent. Dommage pour les Alsaciens, car n’être mené que de 6 points (36-30), après avoir passé 20 minutes à tirer à seulement 33% (10 sur 30), était plutôt une aubaine pour Lyon-Villeurbanne...

Côté spectacle, le troisième quart aura apporté un vrai plus, avec 45 points marqués pour les deux équipes en 10 minutes, contre 66 lors des 20 précédentes. Une période clairement à l’avantage de l’ASVEL et d’un A.J. Slaughter retrouvé (2 points et -1 d’évaluation à la pause, 11 points dans ce 3e quart). Car après que la SIG eut mené de sept points (40-33, 32e), les Verts passaient un 0-10 à Strasbourg pour prendre enfin les devants (40-43, 26e minute), juste après le tout premier panier de John Roberson, capot jusque-là. Grâce à cette adresse retrouvée (7/10 après 6 minutes dans cette période, Lyon-Villeurbanne creusait un premier écart (44-50, 36e). Mais comme la SIG lors du premier quart, l’ASVEL manquait le coche – et notamment deux lay-ups tout faits - laissant ainsi la SIG revenir à 55 partout sur un bon passage de Damien Inglis (5 points de suite), et une entrée culottée du jeune lutin Ludovic Beyhurst (1,72 m, 19 ans), missionné pour faire don de ses cannes en défense sur Roberson ou Slaughter. Un pari de Vincent Collet que de faire rentrer Beyhurst et ses 1,1 point de moyenne sur la saison ? Oui, mais dicté par un nouveau coup du sort côté SIG, David Logan victime d’une blessure musculaire en tout début de seconde période, qui ne devait plus revenir en jeu, son absence s’ajoutant à celles de Louis Labeyrie (poignet), Jérémy Leloup et Pape Sy.

S'en est suivi un joli chassé croisé pendant la première moitié de ce 4e quart, avant que l’ASVEL ne crée un premier break (63-69, 36e) sur une vague de 7 points consécutifs. La SIG parvenait ensuite à recoller sur un excellent passage de Dee Bost (70-71 à 2’24’’ du buzzer), mais le meneur-dragster, auteur de 17 points à 7 sur 13 aux tirs ce soir, s’enflammait ensuite en précipitant un tir dans la foulée. Et l’ASVEL, portée par un A.J. Slaughter sans doute désireux de démontrer à Vincent Collet qu’il valait mieux que le rôle qui lui était dévolu en Alsace la saison dernière (20 points, dont 18 en deuxième mi-temps) et un Charles Kahudi auteur d’un énorme contre sur Zach Wright dans les instants cruciaux, mettaient un couvrcle sur le match pour l’emporter au final de sept points (70-77).

Côté ASVEL, outre Slaughter, Kahudi (15 pts, 3 rbds) et David Lighty (9 pts, 5 rbds et 2 steals) à l’extérieur, plus un sobre duo intérieur composé de Darryl Watkins (10 pts, 7 rbds, 3 steals et 17 d’évaluation) et Alpha Kaba (8 rebonds malgré son poignet douloureux) ont apporté un plus. Alors qu’à la SIG, Miro Bilan (14 points à 5/7, 6 rbds et 2 assists) et un Zach Wright toujours aussi all-around (7 points à 3/7, mais 9 rbds, 8 passes et 4 steals pour 20 d’évaluation) se sont mis en évidence, alors que David Logan (10 pts en première période) a clairement manqué dans le money-time.

 

Un homme dans le match

A.J. met les choses au point…

Sa sublime saison chalonnaise (17,6 points et 4,8 pds en 2013-14), avait valu à A.J. Slaughter deux très lucratifs contrats au Panathinaikos puis à Banvit (Turquie) les deux saisons suivantes. Recruté par la SIG à l’été 2016 – mais par Henrik Dettmann, ce pur scoreur était parfois apparu un peu perdu, la saison dernière, dans le passing game si huilé cher à Vincent Collet (12,4 pts en 27 minutes tout de même). Pas toujours performant encore cette saison (12,1 pts, mais en 21 minutes seulement), A.J., absent des débats en première période (-1 d’évaluation à la pause, 2 points à 1/4), a semblé ensuite transcendé contre son ancien club. Le shooteur naturalisé polonais a ensuite étincelé en seconde période, terminant la rencontre avec 20 points et surtout quelques coups d’éclats en toute fin de rencontre pour sceller le sort du match et laissé éclater sa joie d’un poing rageur…

La stat : 40,0%

L'adresse aux tirs de l'ASVEL dans ce quart de finale. Une fois n'est pas coutume, la Green Team s'est imposée malgré une grande maladresse aux tirs. De bon augure avant la demi-finale contre Monaco ?

 

Les déclas : "Conserver la même intensité contre Monaco"

T.J. Parker (ASVEL) : « A 2-16, je leur ai dit se lâcher. Ce n’était pas nous. On jouait à deux à l’heure. C’était beaucoup mieux en 2e mi-temps des deux côtés du terrain. Quand on est rentré aux vestiaires, Charles Kahudi a pris la parole. Ce qu’il a fait en deuxième mi-temps, c’est énorme ! Il va falloir être dans la même intensité si on veut avoir une chance demain contre Monaco. »

Charles Kahudi (ASVEL) : « C’était impératif d’être guerrier car la SIG était sur 10 victoires d’affilée. On est sur une partie de tableau très difficile. Il faut confirmer demain contre Monaco. Comme chaque année c’est un ogre. Ils sont très agressifs, difficiles à jouer. Ce que j’ai dit aux gars à  la mi-temps ? J’ai essayé de remobiliser tout le monde parce que ce n’était pas ce qu’on voulait faire. Il va falloir corriger les choses. (Monaco ?) Comme chaque année c’est un ogre. Ils sont très agressifs, difficiles à jouer. »

Nicolas Lang (ASVEL) : « La prochaine étape, c’est de conserver la même intensité en jouant mieux au basket et en mettant les paniers. Monaco, ils sont à la maison, même s’ils ont changé pas mal de joueurs. Contre Bourg, ils ont pu reposer certains joueurs. Cela va être un gros combat. »

Damien Inglis (SIG) : « On a sorti dix bons matches d’affilée. Ce soir on n’a pas eu la même agressivité. On est tous déçus. On était vraiment venu faire quelque chose ici. Cette défaite fait mal. Le premier cinq a fait un bon travail. Les remplaçants (dont il faisait partie) ont été trop relax, n’ont pas exécuté le plan de jeu. C’est une soirée à oublier. On n’a pas fait ce qu’il fallait. »

Vincent Collet (SIG) : « La première chose qu’il nous a manqué c’est David Logan. Il a au minimum une élongation. J’espère que ce n’est pas une déchirure, ce serait une véritable catastrophe. Sans lui, on n’avait plus de shooteurs. Levi (Randolph) a été très timide. Il n’y a que Dee (Bost) qui a apporté de la menace extérieure en deuxième mi-temps. Mais on a déjà perdu un peu le match en première. On n’a pas profité de notre excellent début de match. A 16-2, on n’a pas continué lorsque j’ai ouvert le banc. Le score à la mi-temps annonçait déjà de mauvaises nouvelles. On n’avait que 6 points d’avance. Ce n’était pas normal (…) On a quatre joueurs au garage. Il faudrait que cela s’arrête. On va profiter de cette trêve. La date que j’ai coché c’est le 6 ou 7 mars à Klaipeda. Cela laisse presque trois semaines pour récupérer. »

par LNB
Source: LNB / Hervé Bellenger

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
05 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
80 – 60 Strasbourg
LNB TV
06 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
76 – 71 Monaco
LNB TV
07 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
82 – 89 Strasbourg
LNB TV
08 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
83 – 94 Monaco
LNB TV
09 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
79 – 85 Le Mans
LNB TV
13 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
81 – 77 Le Mans
LNB TV
15 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
77 – 87 Le Mans
LNB TV
18 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
84 – 72 Monaco
LNB TV
20 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
69 – 78 Monaco
LNB TV
24 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)Pariez
18:30 Le Mans

Classement Pro A

Jeep® ÉLITE – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 74 25v - 9d
2 Strasbourg 71 24v - 10d
3 Le Mans 62 21v - 13d
4 Limoges 59 20v - 14d
5 Dijon 59 20v - 14d
6 Lyon-Villeurbanne 56 19v - 15d
7 Nanterre 56 19v - 15d
8 Pau-Lacq-Orthez 53 18v - 16d
9 Bourg-en-Bresse 50 17v - 17d
10 Levallois 48 16v - 18d
11 Le Portel 48 16v - 18d
12 Chalon/Saône 45 15v - 19d
13 Gravelines-Dunkerque 45 15v - 19d
14 Châlons-Reims 45 15v - 19d
15 Cholet 42 14v - 20d
16 Antibes 39 13v - 21d
17 Boulazac 36 12v - 22d
18 Hyères-Toulon 18 6v - 28d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
27 mai (PROB-Playoffs Accession)
60 – 73 Fos-sur-Mer
LNB TV
28 mai (PROB-Playoffs Accession)
77 – 76 Orléans
LNB TV
30 mai (PROB-Playoffs Accession)
85 – 86 Rouen
LNB TV
02 juin (PROB-Playoffs Accession)
83 – 36 Lille
LNB TV
79 – 75 Rouen
LNB TV
04 juin (PROB-Playoffs Accession)
70 – 92 Fos-sur-Mer
LNB TV
77 – 52 Roanne
LNB TV
07 juin (PROB-Playoffs Accession)
71 – 55 Lille
LNB TV
11 juin (PROB-Playoffs Accession)
68 – 72 Fos-sur-Mer
LNB TV
14 juin (PROB-Playoffs Accession)
76 – 70 Roanne
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Blois 80 27v - 7d
2 Roanne 77 26v - 8d
3 Orléans 74 25v - 9d
4 Fos-sur-Mer 71 24v - 10d
5 Lille 68 23v - 11d
6 Saint-Chamond 65 22v - 12d
7 Nancy 56 19v - 15d
8 Rouen 50 17v - 17d
9 Evreux 48 16v - 18d
10 Denain 48 16v - 18d
11 Aix-Maurienne 45 15v - 19d
12 Vichy-Clermont 42 14v - 20d
13 Nantes 36 12v - 22d
14 Caen 36 12v - 22d
15 Quimper 33 11v - 23d
16 Poitiers 33 11v - 23d
17 Le Havre 30 10v - 24d
18 Charleville-Mézières 18 6v - 28d